N°86
Mai/Juin 2022
TEMOIGNAGE

Un épais dossier sur le bureau

HONORAIRE, LOI HOGUET, VALEUR AJOUTÉE

La cause était entendue depuis plusieurs semaines déjà : le Logement ne serait pas un sujet important de la campagne électorale présidentielle qui vient de s'achever !

Rédaction : Bernard Cadeau

Ce n'est pas faute d'avoir, depuis des mois, alerté, argumenté, sollicité tous les protagonistes pour les voir s'emparer pour de bon de ce qui nous concerne tous, tous les jours. Mais taire les choses ne les fait pas disparaitre ! Alors, certes nous avons vu les candidates et candidats embarqués dans une sorte de concours Lépine, se jeter à la figure des chiffres, des promesses, des objectifs pas toujours atteignables d'ailleurs. Mais ce n'était pas à la hauteur des vrais enjeux, et l'on ne peut donc considérer que le Logement a été traité dans cette campagne. On peut se demander pourquoi et suivre quelques pistes. Emmanuelle Cosse, ancienne ministre du Logement analyse : « on a des candidats qui n'ont pas le courage de s'attaquer à des sujets structurants pour le pays ».

Mais pourrons-nous durablement faire l'impasse ?

Le logement est un secteur essentiel dont l'importance est inversement proportionnelle à son traitement politique. Nous voici plongés au coeur de plusieurs paradoxes. Le pouvoir d'achat demeure la première préoccupation des Français mais le logement arrive au 12eme rang, alors qu'il constitue la première dépense contrainte des ménages ! Certes l'opinion publique vit dans un présent quotidien et le prix du litre de carburant est plus souvent visible que le loyer ou le crédit mensuel. L'enjeu climatique nous concerne tous, mais on ne dit pas assez à quel point le logement et la rénovation énergétique vont jouer un rôle majeur ! On peut également considérer que les politiques s'en désintéressent, car ce n'est pas immédiatement rentable, c'est complexe, plusieurs intérêts antagonistes adressent des populations diverses : le très social, le social, l'intermédiaire, la propriété, l'investissement privé, l'investissement institutionnel.et selon le vieil adage « ce dont on ne peut parler, mieux vaut le taire ».

Et pourtant le constat est partagé :
Le choc d'offre tant attendu n'est pas venu et oui, l'offre de logements est insuffisante face à une demande qui ne cesse de croÎtre. La démographie continuera d'augmenter durant les vingt prochaines années et accentuera le déséquilibre : il faut construire et rénover massivement. Plus de quatre millions de personnes sont mal logées, dont trois cent mille sans domicile fixe ; plus de douze millions sont en situation de fragilité par rapport au logement (chiffres Fondation Abbé Pierre).

Les prix élevés constituent un poison économique, qui ruine toute promesse d'augmentation du pouvoir d'achat. L'inflation qui repart va durcir les conditions d'accès au crédit immobilier et in fine, des reports ou abandons de projets sont à craindre. Quid demain des primo-accédants et des primo investisseurs ? Première nécessité : les prix de vente doivent baisser, mais attention au délai nécessaire de prise de conscience de cette nouvelle donne par les vendeurs.

Nombreux sont encore les sujets qui devront être traités : la mobilité, le foncier disponible, la simplification administrative au pays des 400 000 normes, la confiance, la mise à plat complète de la fiscalité (DMTO, droits de succession, donations, plus-values), l'extension du PTZ, la densification vs le Zan, le statut du logement social et tant d'autres !

Ne l'oublions pas, le logement constitue un gisement de prospérité économique, il crée de l'emploi local, non délocalisable, facteur de revitalisation urbaine. N'oublions pas au passage qu'il représente 2,1 Points de PIB d'investissement mais apporte un retour sur investissement de 3,2 Points de PIB !

Mais pourquoi le limiter à un vulgaire sujet budgétaire ! Elargissons la réflexion ; passons du logement à l'habitat et nous voyons immédiatement comment les grands marqueurs de notre société sont concernés : Le pouvoir d'achat, l'environnement, l'emploi, l'éducation, le grand âge et le vieillissement de la population. Le logement est un facteur d'inégalités démographiques et géographiques ; c'est également une des sources d'inégalités de patrimoine ; c'est potentiellement, de fait, une bombe sociale à retardement. C'est à une prise de conscience collective et à une vision globale que nous sommes invités. Nous devons changer de paradigme.Des sujets de société doivent être questionnés : comment traiter l'ensemble de la chaine du logement, de l'urgence, des sans domicile, à l'investisseur privé ? Quel parcours résidentiel offert à nos concitoyens à l'avenir ? Comment faciliter la circulation du patrimoine entre les générations ? Comment aménager les territoires afin de loger les Français là où ils travaillent et(ou) souhaitent habiter ? Comment allier les enjeux climatiques et la production massive de logements ?

Toutes ces questions, et bien d'autres encore, devront être traitées par le prochain gouvernement. Oui le dossier est épais, mais le contexte est sans doute favorable et le sujet du bien logement est fédérateur.

La seule explication plausible de l'absence du logement dans la campagne, réside, selon moi, dans ce hiatus existant entre le temps court du mandat des politiques (cinq ans), comparé au temps long nécessaire (plus de dix ans), pour imaginer, structurer lancer, puis accompagner une vraie politique du logement, qui pourra s'affranchir des étapes intermédiaires, et parvenir à ses fins.

Deux décisions sont indispensables, elles constitueront de vrais marqueurs de la volonté gouvernementale :
Tout d'abord nommer une ou un ministre de l'habitat, de plein exercice ayant une compétence transversale sur tous les sujets connexes. Ensuite, dès le mois de juillet, lancer une grande conférence réunissant tous les acteurs du logement, en lui assignant un objectif unique : produire d'ici octobre 2022, un rapport complet servant de base au projet d'une vaste loi de programmation (à l'instar des lois de programmation militaires), engageant au-delà du quinquennat, et soumise au parlement puis votée dans la foulée. C'est à ce prix, je le crois, que le sujet logement pourra réellement être traité.

 
© 2022 acheter-louer.fr, Toute reproduction même partielle est strictement interdite

Expression #86

Version .pdfWebmagazine

Autres Numéros Expression

pub

Recevez la newsletter Expression

merci de remplir le formulaire d'abonnement :



*



Valider votre inscription
Conformément à la Loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de modification ou de suppression des données vous concernant. Pour l'exercer, merci de contacter par courrier la société Acheter-Louer.fr, enregistrée à la CNIL sous le N° 1328464 : Parc Technopolis - Zone d'activité Courtabœuf - Bâtiment Bêta 1 - 3 avenue du Canada - 91940 les Ulis
* champs obligatoires
pub