N°86
Mai/Juin 2022

Syndic, la profession en mal de candidats

MOTS CLES : SYNDIC DE COPROPRIÉTÉ, ADMINISTRATION DE BIENS

Illustration

Depuis le 1er janvier 2022, un arrêté de la loi Elan rend obligatoire la remise d'une fiche d'informations standardisée par les syndics aux copropriétaires, sur les prix et prestations qu'ils proposent. Ces nouvelles mesures entourant leurs pratiques mettent en lumière une profession peu connue et mal jugée des Français. Difficulté de recrutement, rémunération, ubérisation. Que faire pour redorer le blason de ces métiers pourtant essentiels ?

Pour Stéphane Pujol, dirigeant de l'agence Immobilière Pujol à Marseille - menant des activités de transaction et de gestion locative, mais également de syndic - le constat est simple : « Les métiers du syndic font partie des professions les plus détestées des Français : ils nous jugent trop chers, pas assez compétents, pas assez transparents, pas disponibles et j'en passe. » C'est un fait, les syndics souffrent d'une mauvaise réputation auprès du grand public, mais pas seulement, puisqu'ils sont également boudés par les professionnels eux-mêmes. « Nous constatons une véritable tension sur le marché des administrateurs de biens, indique Patrick Frigaux, Directeur général d'Immo City et ancien professeur au sein de l'ESPI. Ayant moi-même enseigné dans une école d'immobilier, je me suis rendu compte du manque de connaissance des étudiants autour de cette profession qui pourtant séduit tous ceux qui l'entament. En conséquence, les candidats pour faire carrière dans cette profession sont peu motivés. » Car si en théorie l'immobilier est une voie prometteuse pour étudiants et adultes en reconversion professionnelle, « ils préfèrent, et de loin, se tourner vers les métiers de la transaction et de la promotion immobilière », ajoute Stéphane Pujol.

Mettre les mains dans le cambouis

L'aspect relationnel est-il seul responsable de ce désintérêt ? « Pas que », selon le dirigeant marseillais. « Nous faisons un métier complexe, où il faut mettre les mains dans le cambouis et ne pas compter ses heures. La pression peut être forte. Nous sommes en quelque sorte le SAV de l'immobilier. » Travaux urgents à effectuer ou travaux plus longs à anticiper, gestion et entretien des copropriétés, gestion budgétaire et administrative, relation avec les artisans, sinistres, maintien et amélioration du confort et des usages. La palette des missions dont les syndics ont la charge est en effet très large. Encore plus à l'heure de l'urgence climatique et de la nécessité pour les immeubles d'engager leur transformation. « La règlementation est de plus en plus lourde et évolue très vite. Il faut aussi être compétents en droit, comptabilité, technique. Qui, à part nous professionnels, est en capacité d'accompagner les copropriétaires correctement ? » s'interroge Stéphane Pujol. Le professionnel prévient : « Si la profession ne parvient pas à recruter plus de candidats compétents et si les Français ne comprennent pas l'importance de notre rôle, les conséquences peuvent être considérables avec des immeubles dégradés ou des quartiers délaissés parce que trop difficiles à gérer. À Marseille, nous le mesurons quotidiennement. »

Pour les professionnels de terrain, l'autre risque repose également sur une ubérisation des pratiques : « La situation actuelle est préoccupante : nous ne sommes pas à l'abri d'une ubérisation de la gestion de biens, s'inquiète Patrick Frigaux. De nouveaux acteurs digitaux commencent d'ailleurs à explorer la profession en se passant de gestionnaires et donc de l'aspect humain. Un aspect pourtant nécessaire à la bonne pratique de la gestion de biens ».

Rendre à la profession les valeurs qu'elle mérite

Que faire alors pour redorer le blason de ces professions, juger pourtant utiles et valorisantes par tous ceux qui les exercent ? « Militer pour améliorer notre image dans les médias, auprès des politiques et de notre secteur », insiste Stéphane Pujol. « Rendre à la profession les valeurs qu'elle mérite », affirme Patrick Frigaux. Car loin des préjugés, les métiers de la gestion de biens présentent de véritables opportunités que ce soit en termes de proximité avec le public ou d'évolution dans le métier : « Toujours en mouvement, l'administrateur de biens est en contact continu avec les copropriétaires pour les conseiller quant à leurs droits et devoirs, explique Patrick Frigaux. Quant à l'évolution de sa carrière, il peut évoluer jusqu'à être responsable d'une équipe de gestionnaires ou même créer sa propre agence. Sans oublier la rémunération ! Un gestionnaire de copropriétés peut en effet toucher deux fois le Smic en début de carrière, et trois fois lorsqu'il est confirmé. » Avis aux candidats.

Rédaction | Marie Hérault Photo | crédit Lomig sur Unsplash
© 2022 acheter-louer.fr, Toute reproduction même partielle est strictement interdite

Expression #86

Version .pdfWebmagazine

Autres Numéros Expression

pub

Recevez la newsletter Expression

merci de remplir le formulaire d'abonnement :



*



Valider votre inscription
Conformément à la Loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de modification ou de suppression des données vous concernant. Pour l'exercer, merci de contacter par courrier la société Acheter-Louer.fr, enregistrée à la CNIL sous le N° 1328464 : Parc Technopolis - Zone d'activité Courtabœuf - Bâtiment Bêta 1 - 3 avenue du Canada - 91940 les Ulis
* champs obligatoires
pub