N°86
Mai/Juin 2022
LOI

Jusqu’à 17% de décote pour les prix des passoires thermiques

MOTS CLES : DPE, LOI ENERGIE ET CLIMAT, DECOTE

Avec la loi Energie et Climat et les DPE, les logements, classés G et F, subissent actuellement une dépréciation de leur valeur.


Quels seront les impacts de la loi Energie et Climat et le Diagnostic Performante Energétique (DPE) sur les prix de certains biens immobiliers ? Accélération des mises en vente des passoires thermiques, valeur verte : le marché est actuellement impacté, comme le montre une étude de Meilleurs Agents, réalisée sur le DPE, en collaboration avec SeLoger. Pour récolter les meilleures informations et réaliser l'étude la plus complète, Meilleurs Agents a trouvé des renseignements en s'appuyant sur la totalité des données d'annonces et transactions mises à disposition dans les deux plateformes, leaders, du marché de l'immobilier.
Actuellement, la France compterait entre 4,91 millions et 7,2 millions de passoires énergétiques sur 29 millions de logements. Entre 17% et 24% du parc français serait constitué de logements de ce type. A titre d'exemple, en 2021, 12,9% des biens immobiliers, qui figuraient sur les annonces sur les sites analysés, étaient considérés comme des passoires énergétiques. L'analyse de ces annonces montre également la présence accrue des maisons énergivores, dont la part a d'ailleurs augmenté, passant de 11,4% en 2019 à 14% en 2021.
Pour rappel, les biens classés G et F au DPE seront bientôt frappés par une interdiction de mise en location. A partir de 2025 pour ceux en G et en janvier 2028 pour ceux F. Ces nouvelles règles ont d'ores et déjà décidé certains bailleurs à mettre leur biens, considérés comme des passoires thermiques, en vente. Et cela se ressent sur le marché de la transaction immobilière. La preuve : durant l'année 2021, la hausse des mises en vente pour les appartements étiquetés F ou G a augmenté de 8%. En comparaison, elles n'augmentent que de 3,5% pour les appartements les mieux notés. Quant aux annonces mettant en avant des maisons énergivores, elles se sont envolées ! En effet, le volume de leurs annonces a augmenté de 7,4% sur un an, tandis que, au même moment, la tendance est clairement au repli sur les mises en vente de maisons qui bénéficient d'un meilleur DPE. Elles baissent de 10,4%.

Jusqu'à 17% de moins-value

Sans surprise, la prochaine interdiction de mise en location des biens classés G (en 2025) et F (en 2028), a des conséquences sur la valeur des biens. En moyenne en France, une mauvaise note au DPE déprécie la valeur du logement. « Pour tous biens confondus, notre étude montre qu'à caractéristiques équivalentes (ancienneté, superficie.), un bien cancre en DPE voit son prix de vente minoré de 6,7 % par rapport à celui d'un bon élève (C, D ou E). Un appartement classé F ou G au DPE se vend quant à lui, en moyenne, 13% moins cher que s'il est étiqueté A ou B. Quant à la décote que subit une maison énergivore, elle atteint jusqu'à -17% ! En cause, le levier de négociation que constitue la perspective pour l'acquéreur d'un logement énergivore de devoir réaliser des travaux de rénovation énergétique s'il envisage de le louer », précise Barbara Castillo Rico, Responsable des études économiques chez Meilleurs Agents et SeLoger.
A noter également que cette différence prend encore plus de signification dans le temps puisqu'elle s'accentue. En effet, la hausse des prix de l'immobilier pour les biens considérés comme passoires thermiques est seulement de 2% durant l'année 2021 contre + 5,7% pour les non-passoires.

Hausse des prix à Paris

A l'inverse, dans la capitale, les passoires sont 1,1% plus chers que les biens non-énergivores. La valeur verte, qui se traduit par une bonification du prix de vente d'un logement performant, n'aurait pas cours sur les marchés immobiliers tendus. La concurrence entre les acquéreurs explique pourquoi ils ont tendance à fermer les yeux sur les défauts thermiques des biens mis en vente.

En dépit de cette tendance inversée à Paris, les passoires énergétiques ont connu une baisse plus importante en 2021, de -4,2% contre 0,2% pour les logements parisiens peu énergivores. Aussi, un fort afflux des appartements passoires énergétiques en ventes sur le marché parisien est observé. La capitale enregistre une hausse des passoires thermiques de + 34,3% contre +8% au niveau national.

Rédaction : Franck Seguin, Photo : Pixabay

© 2022 acheter-louer.fr, Toute reproduction même partielle est strictement interdite

Expression #86

Version .pdfWebmagazine

Autres Numéros Expression

pub

Recevez la newsletter Expression

merci de remplir le formulaire d'abonnement :



*



Valider votre inscription
Conformément à la Loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de modification ou de suppression des données vous concernant. Pour l'exercer, merci de contacter par courrier la société Acheter-Louer.fr, enregistrée à la CNIL sous le N° 1328464 : Parc Technopolis - Zone d'activité Courtabœuf - Bâtiment Bêta 1 - 3 avenue du Canada - 91940 les Ulis
* champs obligatoires
pub