N°81
Juil./Août 2021

Baromètre de l'immobilier
Juillet/Août 2021

ANCIEN

Le 3ème confinement du printemps dernier a eu des conséquences : le regain de la demande de logements anciens, observée en mars, s'est un peu essoufflé. Même si l'activité n'a pas reculé aussi brutalement que lors du premier confinement en mars 2020, une baisse des ventes a été remarquée en avril 2021. Elles ont diminué de 18%, contre 76% à la même époque en 2020 durant le premier confinement, et 28% en novembre dernier. Clairement, la demande a totalement bénéficié d'une amélioration exceptionnelle des conditions de crédit (durée et taux), même si la banque de France bride la demande avec un accès au crédit qu'elle resserre. Et encore, ces conditions d'octroi sont beaucoup moins rudes que lors des deux premiers confinements. Dans ces conditions, le marché de l'ancien, mesuré en niveau trimestriel glissant, a connu une hausse de 38,9% en avril, en glissement annuel. Toutefois, comme ce marché a été impacté par le premier confinement, cette hausse ne signifie pas que les ventes, enregistrées depuis le début de l'année 2021, ont retrouvé leur niveau d'avant la crise. Elles viennent à peine de retrouver leur niveau des premiers mois de 2015. Elles restent inférieures de 13% à ce qu'elles étaient en 2019.

NEUF

Vigilance sur le marché du neuf. Tout d'abord au niveau de l'envolée du prix des matières premières et les difficultés d'approvisionnements qui touchent les entreprises du BTP. Le gouvernement vient d'ailleurs de s'engager à ce qu'aucune pénalité de retard ne soit demandée si ce dernier est dû à un déficit de matériaux. Au niveau des chantiers, ils sont repartis à la hausse, avec une augmentation de 11,9% entre le premier trimestre 2021 et la même période en 2020. Le souci se pose néanmoins pour les mois à venir, avec notamment l'obtention des permis de construire. En effet, sur le premier trimestre de l'année 2021, ils sont en baisse de 2,3% sur un an. Cette baisse s'explique par la chute des permis concernant les immeubles (-15,3%) alors que ceux accordés pour les maisons individuelles sont en hausse. Au niveau des logements collectifs, la chute atteint presque 25% sur douze mois glissants ! L'ensemble de ces données va bientôt avoir un impact sur les mises en chantier. « Nous tablons sur un recul de l'activité sur l'ensemble de l'année 2021», explique un porte-parole de la FFB. Et la situation pourrait être encore plus compliquée en 2022. De quoi fragiliser toute une filière. Le bâtiment emploie 1,5 million de personnes en France dans la construction et la rénovation.

BAROMETRE MENSUEL

Taux

© 2021 acheter-louer.fr, Toute reproduction même partielle est strictement interdite

Expression #81

Version .pdfWebmagazine

Autres Numéros Expression

pub

Recevez la newsletter Expression

merci de remplir le formulaire d'abonnement :



*



Valider votre inscription
Conformément à la Loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de modification ou de suppression des données vous concernant. Pour l'exercer, merci de contacter par courrier la société Acheter-Louer.fr, enregistrée à la CNIL sous le N° 1328464 : Parc Technopolis - Zone d'activité Courtabœuf - Bâtiment Bêta 1 - 3 avenue du Canada - 91940 les Ulis
* champs obligatoires
pub