N°69
Juil./Août 2019

Guy hoquet : le réseau prêt à affronter de nouveaux défis

MOTS CLES : #Avenir #franchise #acquisition

Rédaction : Marie Hérault

Fort de trois années consécutives exceptionnelles, le réseau Guy Hoquet entend poursuivre sa conquête par l'ouverture de nouvelles agences et le développement de chacune en termes de CA et de rentabilité. Rachetée depuis peu par Citya via sa holding Arche, la marque entend poursuivre sa progression en mutualisant ses moyens à ceux de ses nouveaux partenaires. Le point avec Stéphane Fritz, son directeur d'exploitation et du développement.


Les dernières années étaient placées sous le signe de la performance. quel bilan dressez-vous de l’année 2018 ?

Stéphane Fritz : Les trois dernières années ont été en effet extrêmement positives avec 312 signatures de nouveaux contrats de franchises, dont 100 rien que pour l'année 2018 parmi lesquels figure une trentaine de passages d'agences sous notre enseigne. L'année dernière encore, nous avons cumulé plus de 175 millions de chiffres d'affaires, soit une progression record de plus de 14 %. Nos 550 agences immobilières sous enseigne emploient quelque 3000 collaborateurs. Présentes partout sur l'Hexagone, elles nous ont permis de réaliser 28 000 transactions (dont les locations) et nous permettent de gérer 24 500 lots.

Souhaitez-vous poursuivre sur le même rythme en 2019 ?

S.F. : Il devrait encore s'accroître ! Nous comptons continuer à densifier notre maillage et convaincre une centaine de nouveaux partenaires franchisés. À date, nous sommes d'ailleurs déjà à une cinquantaine de contrats signés. Pour convaincre nos futurs franchisés, nous entendons nous appuyer sur notre méthodologie et sur les solutions spécifiques à notre enseigne. L'accompagnement très soutenu de nos franchisés, comme la formation dans notre Business School, sont, selon moi, uniques. Cette dernière dure douze semaines, ce qui est en fait l'une des plus longues des réseaux de franchise. Elle alterne des périodes théoriques dans nos murs, des études pratiques de marché sur la zone d'implantation convoitée (en relation avec les mairies, les banques ou les autres professionnels du secteur) et une « mise en situation » dans une agence immobilière similaire au projet du futur franchisé. En parallèle, nous construisons actuellement une plateforme d'e-learning qui sera certainement présentée lors des Class Affaires en novembre. En privilégiant ainsi leur montée en compétences ou en connaissances, nous donnons à nos franchisés de nouvelles opportunités pour développer leurs performances en matière de commerce, de conseil, de règlementation, de management ou de numérique… Ainsi nous leur offrons les cartes pour réussir leurs projets tout en leur prouvant qu'ils ont tout intérêt à évoluer dans notre réseau.

Quel type de profil visez-vous ?

S.F. : Principalement des créateurs d'agences, mais aussi des agents immobiliers en activité. Ces professionnels réalisent en moyenne 150 000 € de chiffre d'affaires tout confondu, alors que dans les réseaux nationaux comptant plus de 350 agences, une agence peut atteindre jusqu'à 450 000 € ! Nous entendons donc leur prouver que chez nous, la franchise n'est pas quelque chose qui coûte, mais quelque chose qui rapporte. En parallèle, nous entendons faire évoluer la population de nos franchisés : nous comptons actuellement 20 % d'indépendants et 80 % de créateurs. Notre objectif est d'atteindre une répartition de 40/60.

GH

Et pour l'avenir, que visez-vous ?

S.F. : Nous visons 150 nouvelles implantations d'ici à fin 2020, en renforçant notamment notre présence en Provence-Alpes-Côte d'Azur, dans le Nord, la Bretagne ainsi qu'en l'Ile-de-France. Pour y parvenir, l'équipe développement devra convaincre des agences indépendantes de passer sous notre marque, recruter des créateurs et des repreneurs, leur vendre des agences immobilières en activité. Tous les efforts du siège seront concentrés sur l'accompagnement de nos franchisés. Nous leur proposerons la mise à disposition d'outils favorables à l'augmentation de leur rentabilité et à la pérennisation de leurs agences.

Guy hoquet a été racheté par la société Citya via sa holding Arche. Qu'attendez-vous de ce rapprochement ?

S.F. : Fondés dans les années 1990, Arche et Guy Hoquet ont quasiment le même âge… Celui où la vie décolle et où les projets se concrétisent ! Avec cette acquisition, notre réseau - fondé par monsieur Guy Hoquet, puis racheté par Nexity, qui nous a permis un beau développement - entre dans sa troisième phase de croissance. Avec Citya, Guy Hoquet et Laforêt, Arche sera doté d'une grande force de frappe : il représentera une dizaine de milliers de collaborateurs et environ 50 000 transactions immobilières… Ce qui fera de lui l'un des plus gros opérateurs français. Nous attendons un travail en bonne intelligence et une mutualisation des coûts fixes, concernant notamment les partenariats, ou le digital qui, s'il est aujourd'hui indispensable, est aussi très coûteux, car en constante évolution. Dans ses conditions, des réseaux comme le nôtre, Citya ou Laforêt ont tout intérêt à mettre en commun leurs moyens pour avancer et se démarquer durablement.

-

© 2019 acheter-louer.fr, Toute reproduction même partielle est strictement interdite

Expression #69

Version .pdfWebmagazine

Autres Numéros Expression

pub

Recevez la newsletter Expression

merci de remplir le formulaire d'abonnement :



*



Valider votre inscription
Conformément à la Loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de modification ou de suppression des données vous concernant. Pour l'exercer, merci de contacter par courrier la société Acheter-Louer.fr, enregistrée à la CNIL sous le N° 1328464 : Parc Technopolis - Zone d'activité Courtabœuf - Bâtiment Bêta 1 - 3 avenue du Canada - 91940 les Ulis
* champs obligatoires
pub