N°62
Mai/Juin 2018

Nette augmentation des prix ces 20 dernières années

MOTS CLES : Immobilier | Prix | Notaires de France

Les Notaires de France viennent de partager une étude sur l'évolution des prix depuis vingt ans, sur l'ensemble des métropoles, hors région francilienne. Selon les résultats, Bordeaux est devenue l'une des villes les plus chères de France.

Journaliste : Franck Seguin

Sur les 20 dernières années, l'évolution des prix de l'immobilier a progressé de manière identique sur l'ensemble des métropoles en France, selon les résultats d'une étude établie par les Notaires de France. Ils estiment ainsi que ces évolutions se sont distinguées en plusieurs phases. De 1997 à 2005 tout d'abord, les prix ont ainsi augmenté pour atteindre un pic de 18% sur le collectif et + 14% sur l'individuel en 2005. Ces huit années ont été suivies d'une période de ralentissement de l'augmentation des prix entre 2006 et 2007, alors même que le marché de l'immobilier n'était pas encore impacté par la crise des « subprimes » en 2008-2009. L'étude des Notaires de Frances révèle que durant cette période, les prix de l'immobilier ancien ont baissé jusqu'à -8%. Puis, à partir de 2010-2011, la hausse des prix a repris aux alentours de 5%, avant de baisser de nouveau entre 2012 et 2015. Enfin, dès 2016, les prix ont de nouveau connu une stabilité sur le collectif et une légère hausse sur l'individuel.

17 métropoles étudiées

L'étude des Notaires de France détaille également l'évolution des prix selon le type de bien (maison ancienne ou appartement ancien) parmi 17 métropoles divisées en trois groupes : 2 métropoles à « statut spécial » (Lyon et Aix-Marseille- Provence), 9 métropoles « obligatoires » de plus de 400 000 habitants situés dans une aire urbaine de plus de 650 000 habitants (Bordeaux, Rennes, Grenoble, Lille, Nantes, Rouen, Nice, Strasbourg et Toulouse), et 6 métropoles « volontaires » qui sont des capitales régionales ou des centres d'emploi de plus de 400 000 habitants (Orléans, Dijon, Brest, Montpellier, Nancy et Tours).

Les prix ont flambé à Bordeaux

Toutes analyses confondues, Bordeaux se démarque largement des autres métropoles sur tous les tableaux. En effet, sur 20 ans, la métropole girondine a vu l'évolution des prix « de référence » médians progresser de 248% pour les appartements anciens et 215% pour les maisons anciennes. L'étude souligne notamment que Bordeaux est « la seule métropole qui voit ses prix tripler sur les deux marchés ». Au niveau des appartements, Lyon (+203%), et Toulouse (+198%) ont également beaucoup progressé. A L'inverse, les prix ont le moins augmenté dans les métropoles d'Orléans (86%), Dijon (88%), Brest (92%) et Nancy (97%).

En termes de niveau de prix de ces 17 métropoles, le classement a aussi beaucoup évolué ces vingt dernières années. Une nouvelle fois, Bordeaux tire son épingle du jeu et fait un bond de la 14ème place en 1997 à la 2ème en 2016 sur les appartements anciens, et de la 12ème à la 3ème place sur les maisons anciennes. Déjà sur la plus haute marche du podium en 1997 sur les maisons anciennes, Métropole Nice Côte d'Azur est toujours en tête 20 ans plus tard, et passe de la 5ème à la première place sur le logement.

Nice-Côte-d'Azur toujours en tête

Au niveau des appartements, certaines métropoles ont également largement progressé, à l'image de Lyon qui est passé de la 11ème à la 3ème place. Nantes, de la 12ème à la 4ème place, et Montpellier, de la 10ème à la 5ème place, ont connu aussi une belle évolution. A l'opposé, Strasbourg, qui était leader en 1997, est aujourd'hui à la 7ème place, Tours Métropole, qui était 3ème, est passé à la 10ème place, et Orléans a chuté de la 4ème à la 13ème place. En revanche, certaines métropoles comme Toulouse et Métropole du Grand Nancy sont restées stables.

Au niveau des maisons anciennes, Nantes Métropole a progressé, passant de la 11ème à la 6ème place au cours de ces vingt dernières années. Toulouse et Lille ont connu aussi une bonne courbe, passant respectivement de la 15ème à la 8ème place et de la 14ème à la 9ème place. Du côté des prix de vente, c'est Dijon qui enregistre la plus forte baisse au classement, terminant à la 11ème place après avoir pourtant occupé la deuxième marche du podium en 1997. Grenoble (de la 3ème à la 7ème place) et Orléans (de la 7ème à la 13ème place) ont aussi chuté au classement.

© 2018 acheter-louer.fr, Toute reproduction même partielle est strictement interdite

Expression #62

Version .pdfWebmagazine

Autres Numéros Expression

pub

Recevez la newsletter Expression

merci de remplir le formulaire d'abonnement :



*



Valider votre inscription
Conformément à la Loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de modification ou de suppression des données vous concernant. Pour l'exercer, merci de contacter par courrier la société Acheter-Louer.fr, enregistrée à la CNIL sous le N° 1328464 : Parc Technopolis - Zone d'activité Courtabœuf - Bâtiment Bêta 1 - 3 avenue du Canada - 91940 les Ulis
* champs obligatoires
pub