N°60
Janv/Fév 2018

Comment s'est comporté l'emprunteur français en 2017

MOTS CLES : Emprunteur | Immobilier | Crédit

Selon les chiffres publiés par le site Meilleurtaux.com, l'emprunt moyen des Français pour une transaction immobilière a augmenté de manière significative. Portrait-robot de l'emprunteur moyen en 2017.

Journaliste : Boris Rouah

Une hausse pour la seconde année de suite. Comme en 2016, avec déjà un bond de 20 000 euros par rapport à 2015, l'emprunt moyen est en hausse de manière significative. En 2017, l'emprunt moyen des Français pour une acquisition immobilière a été de 216 633 euros, soit une augmentation de 17 000 euros, selon les chiffres publiés par le site Meilleurtaux.com. Cette hausse, sur les deux dernières années, s'explique en partie par des taux d'emprunt exceptionnellement bas.

Des prix en hausse

Dans un contexte d'augmentation des prix de vente, la transaction moyenne en 2017 pour un bien immobilier a également connue une augmentation de près de 10 000 euros pour atteindre 230 867 euros. Néanmoins, ce chiffre est à nuancer en raison des disparités régionales qui s'affirment encore plus qu'en 2016. Par exemple, la transaction moyenne en Ile-de-France est estimée à 299 149 euros contre 160 698 en Normandie.

Un apport toujours plus bas

En 2017, la baisse de l'apport moyen s'est également confirmée car elle s'élève à 14 234 euros contre 20 729 euros en 2016. Ce chiffre baisse ainsi pour la troisième année consécutive et s'explique aussi, par la baisse des taux, qui permet à beaucoup plus de ménages d'accéder à la propriété. En comparaison, l'apport moyen était de 70 000 euros en 2014, et plus de 55 000 euros en 2015.

Des revenus moyens en baisse

Concernant les revenus moyens des emprunteurs, ils sont également en légère baisse, d'environ 300 euros pour un couple emprunteur dont les revenus moyens sont légèrement supérieurs à 5 000 euros. Là encore, certaines disparités régionales s'observent, et c'est une nouvelle fois l'Ile-de-France qui fait grimper la moyenne, avec 6 260 euros de revenus moyens pour un ménage, Paris intra-muros compris.

La durée d'emprunt s'allonge

L'âge de l'emprunteur moyen a aussi légèrement rajeuni et s'élève à 36,9 ans. Il est le plus jeune dans les Hauts-de-France avec 35,7 ans, et le plus âgé en Bretagne avec 38,4 ans. Enfin, la durée moyenne du prêt s'allonge un peu avec 19,5 ans de moyenne, contre 19,1 ans en 2016 et 18,9 ans en 2015.

En dix ans, le pouvoir d'achat des Français augmente de 37%

37% en dix ans, voilà l'augmentation du pouvoir d'achat immobilier des Français constatée, selon une étude commandée par BNP Paribas Real Estate en novembre dernier. Du jamais vu depuis la fin des années 90.

Bien entendu, les taux de crédit historiquement bas ont encouragé les ménages français à concrétiser leurs projets immobiliers pour bénéficier de conditions d'emprunts beaucoup plus favorables. En intégrant les renégociations de crédits, l'encours des prêts immobiliers en France se chiffre à 193 milliards d'euros. Le nombre de crédits a ainsi augmenté de 88% au premier semestre 2017. « Le contexte économique et financier reste favorable, permettant ainsi une forte augmentation du pouvoir d'achat immobilier des ménages dans l'ensemble de la France (+37% sur les 10 dernières années), qui atteint en 2017 un niveau record depuis la fin des années 1990. Cette évolution de la capacité d'acquisition est néanmoins hétérogène selon les territoires, car elle est tributaire d'évolutions différenciées en termes de revenus, de prix et de démographie », explique Richard Malle, Directeur Research de BNP Paribas Real Estate. Cette progression est très révélatrice de la bonne santé du secteur immobilier qui enregistrait déjà 934 000 ventes en août 2017. Soit 185 000 ventes en plus que la moyenne de long terme entre 1997 et 2017. « Les prix confirment également le dynamisme du marché avec une tendance à la hausse depuis deux ans et une croissance des prix en France de 3,5% sur la dernière année », indique Jean-François Morineau, Directeur Général Délégué de BNP Paribas Immobilier Résidentiel Transaction Ancien. Cette hausse des prix a autant concerné les régions (+3,3%) que l'Ile-de-France (+3,9%). Au sein même de la capitale, le prix à Paris dépassait les 9 000 euros du mètre carré en moyenne. Enfin, les marges de négociation, fixées entre 3% et 5% des prix de ventes, confirment la fluidité du marché national, même si elles varient en fonction de la location, de la typologie (maisons ou appartements) et de la surface du logement.

© 2018 acheter-louer.fr, Toute reproduction même partielle est strictement interdite

Expression #60

Version .pdfWebmagazine

Autres Numéros Expression

pub

Recevez la newsletter Expression

merci de remplir le formulaire d'abonnement :



*



Valider votre inscription
Conformément à la Loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de modification ou de suppression des données vous concernant. Pour l'exercer, merci de contacter par courrier la société Acheter-Louer.fr, enregistrée à la CNIL sous le N° 1328464 : Parc Technopolis - Zone d'activité Courtabœuf - Bâtiment Bêta 1 - 3 avenue du Canada - 91940 les Ulis
* champs obligatoires
pub