N°52
Sept/Oct 2016

Le baromètre de l'immobilier Expression
Sept/Oct 2016

Les chiffres de nos experts pour piloter vos ventes

ANCIEN

Pas une ombre au tableau pour l'immobilier ancien. En effet, à l'image du réseau Century 21, le marché se porte bien. La preuve : entre le 1er septembre 2015 et le 1er septembre 2016, le réseau a vu ses transactions bondir de + 14%. Une croissance remarquable, favorisée par des taux d'intérêt extrêmement bas. Grâce à eux, les acquéreurs ont vu leur pouvoir d'achat augmenter. Ce contexte permet de réduire les délais de vente à 95 jours, encore loin des plus bas observés en 2004 à 64 jours. La surface moyenne, tous types de biens confondus, progresse de 1.6 m² et atteint 84.7 m² au 1er semestre 2016. Le prix moyen au m² a, de son côté, augmenté de 0.6% et s'est établi à 2495 euros (1966 euros pour les maisons et 3397 euros pour les appartements. Le montant moyen d'une acquisition s'élève désormais à 202 679 euros au 1er semestre 2016, soit 1.8% de plus qu'à la même époque en 2015.

NEUF

Le neuf poursuit sa marche en avant. Les chiffres ne laissent aucune place au doute : la tendance s'est confirmée durant l'été. Les promoteurs immobiliers arborent un large sourire au second trimestre, grâce au retour confirmé des ménages accédant à la propriété, favorisé par des taux de crédit immobilier bas et un prêt à taux zéro plus favorable. D'avril à juin, les ventes de promoteurs ont augmenté de 29.6%, comparé aux mêmes mois de 2015, a annoncé Alexandra François-Cuxac, la présidente de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI). Cela donne 40 260 logements neufs. Sur ces trois mois, les ventes aux ménages accédant à la propriété ont bondi de 26.9%, tout comme celles réalisées par les investisseurs locatifs, toujours à 26.9%. De plus, les ventes de logements neufs aux propriétaires occupants ont nettement décollé grâce au renforcement du PTZ, plus accessible et plus avantageux tandis que la demande des investisseurs augmente sans cesse depuis l'entrée du dispositif Pinel au dernier trimestre 2014.

Taux fixes des prêts immobiliers
en septembre

Taux

Source : CAFPI - www.cafpi.fr

Les taux les plus hauts négociés par CAFPI restent inférieurs de 0,4% en moyenne par rapport aux taux du marché.

logo Cafpi

EN BREF

UN ÉTÉ INDIEN POUR LES TAUX DE CRÉDIT IMMOBILIER

Avec des taux les plus bas s'établissant à 0,78% sur 10 ans, 1,04% sur 15 ans, 1,27% sur 20 ans et 1,39% sur 25 ans, CAFPI annonce une rentrée pleine d'optimisme.

Aucun nuage à l'horizon

Les conditions de crédit ne sont pas près de changer. Seul un changement des indicateurs pourrait entrainer une remontée. Or, si la Réserve fédérale américaine (FED) a déjà annoncé qu'elle les relèvera après les Présidentielles, la répercussion sur les taux européens et ceux des prêts immobiliers n'interviendrait que début 2017. Dans le même temps, La Banque Centrale Européenne (BCE), face à une économie qui continue à végéter, n'a pas, pour le moment, l'intention de réviser ses propres taux. La possibilité d'une remontée brutale n'est donc pas à craindre.

Niveau plancher

Les taux de crédit immobilier ont fini par atteindre leur niveau plancher. Les banques ne peuvent plus descendre plus bas, il ne leur reste que de quoi prévenir les risques de défauts de paiement, amortir leurs frais de fonctionnement et bénéficier d'une marge plus que réduite. Cependant entre les taux les plus bas et ceux les plus hauts, Cafpi note un écart de l'ordre 0,30% pour les durées courtes et de 0,60% pour les durées longues. Les banques conservent ainsi une marge pour proposer leurs meilleurs taux aux bons profils. Il est donc plus qu'important pour les emprunteurs de disposer d'un dossier très bien préparé, offrant la meilleure visibilité possible aux banques pour profiter de taux encore plus bas. Cet accompagnement entre dans les obligations des courtiers vis-à-vis de leur clientèle.

Le besoin de prêter

De plus, les banques se retrouvent quasiment dans une obligation de prêter. Les taux de dépôt proposés par la BCE étant négatifs, ne pas faire « tourner » les liquidités leur coûterait de l'argent. Elles sont donc toutes disposées à prêter à l'ensemble des candidats à l'accession solvables.

Un été favorable

Contrairement à l'année dernière qui avait débuté très fort avant de ralentir sur le second semestre, 2016 a eu un début d'année relativement calme avant de doucement prendre de l'ampleur. Les mois de juillet et d'août ont été exceptionnels. Ils enregistrent respectivement +20% et +30% de montages de dossiers chez Cafpi par rapport à 2015. Si le rachat devrait représenter 30% de la production de crédits en 2016, cette proportion est plus basse que l'an dernier, laissant la place à l'accession qui devrait croître de 10% sur l'année par rapport à 2015.

De l'importance de l'assurance emprunteur. Dans ce contexte, l'assurance emprunteur prend une place de plus en plus importante dans le coût global d'un crédit. Elle peut représenter jusqu'à 1/3 de celui-ci. La délégation d'assurance peut permettre de réduire de façon significative ce coût (de 0,1% à 0,3%).

Philippe taboret Directeur général adjoint de CAFPI N°1 des courtiers en prêts immobiliers et Président de l'APIC – Association Professionnelle Des Intermédiaires en Crédits www.cafpi.fr »

© 2016 acheter-louer.fr, Toute reproduction même partielle est strictement interdite

Expression #52

Version .pdfWebmagazine

Autres Numéros Expression

pub

Recevez la newsletter Expression

merci de remplir le formulaire d'abonnement :



*



Valider votre inscription
Conformément à la Loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de modification ou de suppression des données vous concernant. Pour l'exercer, merci de contacter par courrier la société Acheter-Louer.fr, enregistrée à la CNIL sous le N° 1328464 : Parc Technopolis - Zone d'activité Courtabœuf - Bâtiment Bêta 1 - 3 avenue du Canada - 91940 les Ulis
* champs obligatoires
pub