N°52
Sept/Oct 2016

BREXIT, QUELLES CONSEQUENCES SUR LE MARCHE DE L'IMMOBILIER ?

MOTS CLES : Brexit | Immobilier | Investissement

PTZ dans l'ancien : un dispositif qui peine encore à convaincre les professionnels

Journaliste : Franck Seguin

A la différence des marchés financiers, le secteur de l'immobilier devra attendre quelques mois pour connaître véritablement les conséquences du Brexit. Certaines tendances se dégagent dès à présent...


« Out », « leave », « bye-bye UE ». Si les conséquences du Brexit ont eu d'emblée des répercussions sur les marchés financiers, quelques minutes à peine après le séisme britannique, le marché de l'immobilier, lui, ne devraient en subir les conséquences que d'ici quelques mois. En voici certaines à craindre ou à anticiper...

Les biens anglais de luxe perdent de la valeur pour les locaux

Le 24 juin 2016, les britanniques étaient beaucoup moins riches que la veille. En effet, le 23, 51,9% des citoyens de sa Majesté avaient répondu favorablement à la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Un Brexit que peu d'analystes avaient réellement vu venir. Conséquence immédiate : les places boursières ont été touchées de plein fouet et la livre sterling, la monnaie locale, a perdu 8,8% face au dollar par rapport à sa valeur du 22 juin. De fait, les biens immobiliers anglais ont également perdu de leur valeur. Son marché devrait donc se débloquer au cours des prochains mois.

Une aubaine pour les investisseurs étrangers

Qui dit monnaie plus faible d'un côté, dit de l'autre côté monnaie plus forte. Sitôt les résultats du référendum rendus, une livre sterling valait environ 1,20 euro, contre 1,30 euro quelques heure plus tôt. Les experts anticipent alors un boulevard pour les investisseurs étrangers dont l'arrivée devrait être massive en Angleterre. A en croire les analyses de Lesclesdumidi.com, la société de conseil international en décisions immobilières Knight Franck, la baisse de la livre entraînera immanquablement une augmentation du pouvoir d'achat des investisseurs qui ne sont pas payés en livre sterling. Cela devrait profiter aux investisseurs issus de Singapour, de Hong Kong et de Chine, qui jouissent déjà d'une forte expérience de l'immobilier en Grande-Bretagne. Peu après les résultats du Brexit, Jiwai.com, le site chinois de recherches immobilières annonçait déjà une hausse de 30%, par rapport à mai, des requêtes concernant les biens immobiliers situés au Royaume-Uni.

A Londres, le marché va stagner

Avant le verdict du référendum, Londres avait la réputation d'être une ville où l'immobilier, par son prix, était difficilement accessible. La preuve : la valeur des biens de la capitale anglaise grimpait de 13% par an. Avec la baisse de la livre sterling, cette hausse annuelle devrait enfin s'arrêter. Cela permettra-t-il aux foyers, exclus jusqu'à présent, de pouvoir enfin profiter d'un pouvoir d'achat dans l'immobilier britannique ? Rien n'est certain. Les experts tablent déjà sur la stagnation du marché immobilier londonien car les potentiels acheteurs attendent de connaître à moyen terme les effets Brexit. Une prudence de mise d'autant que la sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne risque dans l'immédiat de faire grimper les taux d'intérêt.

Les Britanniques vont-ils encore investir en France ?

C'est un secret de Polichinelle. Les Anglais adorent la France et bon nombre d'entredeux disposent d'une résidence secondaire dans l'Hexagone. Conséquence du Brexit, les Anglais auront-ils plus de mal à acheter en France ? Des endroits prisés comme le Jura, la Savoie, la Vendée, le Périgord ou la Dordogne verront prochainement si l'achat de résidence secondaire par les Britanniques a été freiné par leur sortie de l'Europe. En effet, le Brexit risque de réduire leur pouvoir d'achat hors du Royaume-Uni car le taux de change n'est pas en leur faveur. Les investissements britanniques en France pourraient bien ralentir dans plusieurs secteurs, dont l'immobilier. Tout cela ne sera visible que d'ici quelques mois.

Les prix avec Paris se réduisent

Londres et Paris vont se rapprocher. C'est une certitude, le Brexit rend le marché londonien plus accessible. De l'autre côté de la Manche, les prix de l'immobilier à Londres pouvaient atteindre des sommets, le prix moyen du mètre carré coûtant 2,7 fois plus cher qu'à Paris, à surface égale et à standing équivalent. Grâce au Brexit, l'écart entre les deux capitales devrait revenir à des proportions plus raisonnables. Cette situation pourrait favoriser ceux qui souhaitent investir ou s'offrir un pied à terre à Londres.

L'immobilier français de luxe gagnant

Et le grand gagnant du Brexit était Paris ? Certains n'hésitent pas à tabler sur une hausse de l'immobilier de luxe à Paris, suite aux délocalisations qui devraient avoir lieu en France ces prochains mois. La banque HSBC avait annoncé qu'en cas de victoire du « leave », 20% de ses effectifs, soit 1 000 personnes, seraient transférés de Londres à Paris. D'autre devraient en faire de même. Beaucoup, parmi les 300 000 ressortissants français travaillant au Royaume-Uni, pourraient également être tentés de revenir. De quoi dynamiser un marché, déjà en phase de reprise.

© 2016 acheter-louer.fr, Toute reproduction même partielle est strictement interdite

Expression #52

Version .pdfWebmagazine

Autres Numéros Expression

pub

Recevez la newsletter Expression

merci de remplir le formulaire d'abonnement :



*



Valider votre inscription
Conformément à la Loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de modification ou de suppression des données vous concernant. Pour l'exercer, merci de contacter par courrier la société Acheter-Louer.fr, enregistrée à la CNIL sous le N° 1328464 : Parc Technopolis - Zone d'activité Courtabœuf - Bâtiment Bêta 1 - 3 avenue du Canada - 91940 les Ulis
* champs obligatoires
pub