N°36
Janv./Fév. 2014

Le baromètre de l'immobilier Expression
Janvier/Février 2014

Les chiffres de nos experts pour piloter vos ventes

ANCIEN

Ventes

Alors que les prévisions annonçaient une mauvaise année 2013, le marché de l'immobilier ancien affiche une meilleure santé que prévue.

Du à l'alliance d'une baisse des prix au m2 de - 1,6 % (moyenne nationale annuelle) et de taux d'intérêts toujours attractifs, il est dommageable que ce regain d'activité ait été bridé par la politique du logement du gouvernement, considérée comme complexe, ainsi que par de nouvelles mesures, encore floues, entraînant un manque de confiance des ménages, essentiellement chez les classes moyennes.

Et si on note une légère tendance haussière sur le dernier trimestre 2013 (+ 1,3 % au niveau national), il faut la relativiser en raison du décalage persistant entre Paris et les régions. L'écart de prix se creuse, en effet, et ne cesse de s'accentuer passant de 4 462 € en 2008 à 6 100 € en 2013.

Paris n'est pas touché par la chute des prix (+ 0,2 %) tandis que la petite couronne (- 3,8 %) et la grande couronne (- 2,1 %) enregistrent les plus fortes baisses. Les prix en régions restent plus ou moins stables (- 0,4 %) en 2013.

NEUF

Ventes

Tandis que la France manque cruellement de logements, la crise se poursuit sur le marché immobilier du neuf et devrait s'accentuer en 2014 selon les dernières analyses du marché. La prévision de remontée des taux d'intérêts au deuxième semestre 2014 est un facteur négatif supplémentaire.

Les permis de construire sont en chute libre (- 15,7 % sur une année) et les mises en chantier de logements neufs ont baissé de - 5,5 % selon les statistiques du ministère du Logement publiées au 31 décembre 2013.

Ce chiffre a des répercussions sur les prix qui connaissent des hausses constantes depuis 6 mois dans certaines villes comme Paris (+ 4 %), Nice (+ 4,51 %), Nantes (+ 6,22 %), Lyon (+ 5,24 %) ou Lille (+ 4,27 %).

Les prix restent plus ou moins stables à Bordeaux (- 0,41 %), Montpellier (- 0,42 %) et Toulouse (- 0,47 %) tandis que Marseille, exception qui confirme la règle, enregistre la plus forte baisse nationale avec - 7,67 %. Enfin, le projet de loi ALUR et la hausse des droits de mutations ont fortement refroidi les investisseurs locatifs.

Taux Fixes des prêts immobiliers en novembre

Exemple : Pour une mensualité de 1 000 € hors assurance sur 20 ans, un emprunteur peut obtenir un crédit de 174 895 € sur la base du taux moyen pratiqué avec un coût de crédit de 65 105,05 €. Les taux indiqués s'entendent hors assurance et sont donnés à titre indicatif sur les barèmes en vigueur en date du 02/01/2014.

Taux

EN BREF

BON DÉBUT D'ANNÉE
POUR LES TAUX DE CRÉDIT

2014 commence comme a fini 2013 : les taux des prêts immobiliers se maintiennent à un niveau remarquablement bas. Au plan national, les taux moyens pratiqués s'échelonnent entre 2,98 % sur 10 ans et 3,95 % sur 25 ans. CAFPI, pour sa part, continue de faire mieux en négociant pour ses clients des taux inférieurs de 0,26 % en moyenne. Dans le détail, les taux les plus bas offerts par CAFPI sur 15 et 20 ans baissent encore en janvier, respectivement à 2,55 % et 2,82 %.

Alors, c'est le moment d'emprunter ?

Souvent galvaudée, l'expression prend néanmoins tout son sens dans la période actuelle. Les conditions de crédit pourraient, en effet, se dégrader dans les mois à venir. Pour Philippe Taboret, Directeur général adjoint de CAFPI, cela ne fait aucun doute : « Le changement de politique monétaire aux Etats-Unis aura des répercussions sur les taux d'intérêt en Europe ». En décidant de réduire son soutien à l'économie américaine, la FED a tenu compte de la reprise, avérée, aux Etats- Unis. Certes, la FED assure ne pas envisager de remonter ses taux directeurs pour le moment, attendant pour cela que le chômage soit mieux résorbé. Mais une poussée inflationniste suffirait à lui faire changer d'avis et à remonter ses taux.

Alerte à moyen terme

« Les marchés financiers anticipent déjà ce scénario. Ce faisant, ils poussent à une remontée des taux longs qui se traduira, en France, par une hausse de taux des obligations d'Etats à long terme, les OAT 10 ans. Mécaniquement, le crédit immobilier en subira le contrecoup et verra ses taux augmenter, eux aussi », conclut Philippe Taboret en se démarquant de l'opinion dominante qui voit les taux encore baisser. Or, les taux actuels des prêts immobiliers, historiquement bas, constituent l'un des principaux soutiens à un marché immobilier résidentiel mal en point. Tout renchérissement du crédit immobilier se traduirait par une baisse du pouvoir d'achat des acquéreurs.

Appel à une relance de l'immobilier

Loin de vouloir faire du catastrophisme, CAFPI invite simplement à une prise de conscience collective. Il appelle l'Etat à engager d'urgence des mesures de relance de l'activité immobilière afin de prévenir des conséquences qu'aurait un renchérissement du coût du crédit. Un « coup de pouce » à la primo-accession à la propriété et à l'investissement locatif, par exemple, serait le bienvenu pour faire de 2014 « l'année de la reprise ».

Satisfecit pour 2013...

A l'heure du bilan, l'année 2013 s'avère avoir été satisfaisante pour le crédit immobilier et pas seulement en raison du volume important de rachats de crédit favorisé par la baisse des taux intervenue au cours de ces dernières années. Les candidats à l'accession à la propriété ont montré qu'ils pouvaient aussi répondre présents dès lors qu'ils sont accompagnés dans la recherche d'un prêt immobilier adapté à leur situation.

...et confiance pour 2014

Confrontés à une offre bancaire souvent complexe et à une conjoncture difficile, les candidats à l'emprunt ont, plus que jamais, besoin d'être aidés et confortés pour mener à bien leurs projets immobiliers. C'est le rôle du courtier. Fort de sa capacité à trouver, pour chacun de ses clients, une solution de crédit personnalisée dans tous ses aspects (apport personnel, durée, souplesse des mensualités, taux, assurance emprunteur, etc.), CAFPI se montre confiant pour l'année à venir.

© 2014 acheter-louer.fr, Toute reproduction même partielle est strictement interdite

Expression #36

Version .pdfWebmagazine

Autres Numéros Expression

pub

Recevez la newsletter Expression

merci de remplir le formulaire d'abonnement :



*



Valider votre inscription
Conformément à la Loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de modification ou de suppression des données vous concernant. Pour l'exercer, merci de contacter par courrier la société Acheter-Louer.fr, enregistrée à la CNIL sous le N° 1328464 : Parc Technopolis - Zone d'activité Courtabœuf - Bâtiment Bêta 1 - 3 avenue du Canada - 91940 les Ulis
* champs obligatoires
pub