N°36
Janv./Fév. 2014

LE PORTUGAL,
LE NOUVEL ELDORADO DES INVESTISSEURS

MOTS CLES : Crise | Atouts | Investissement

Crise économique et plans d’austérité successifs ont engendré une crise immobilière sans précédent au Portugal, faisant ainsi de ce pays un lieu rêvé pour les investisseurs étrangers. Le point sur l’état du marché.

Depuis quelques temps, le marché immobilier portugais est en souffrance. Face à un défaut d’équilibre entre l’offre et la demande, il s’est retrouvé saturé avec un trop plein de constructions de logements.

Les Portugais, pris dans la spirale infernale de la crise économique, sont restés sur le bord de la route confrontés à des banques qui ne prêtent quasiment plus d’argent, ou à des prêts immobiliers qu’ils ne parviennent plus à honorer.

Conséquence : sans vrai besoin, les prix ont baissé pour le plus grand bonheur des investisseurs. Selon l'Institut national de statistique du Portugal, le mètre carré moyen s'établit à 1 217 € à Lisbonne, et 937 € à Porto.

Or, comme le niveau de vie y est aussi beaucoup plus bas qu’en France (30 à 40 % moins cher), le marché portugais présente aujourd’hui des opportunités absolument incroyables pour les investisseurs étrangers et notamment pour les retraités français qui y bénéficient d’une fiscalité plus que favorable au même titre que de multiples autres atouts pesant lourd dans la balance.

Une fiscalité alléchante

Des mesures fiscales incitatives ont été prises par le pays dans une circulaire du 3 août 2012, entrée en vigueur le 1er janvier 2013, dans l’objectif d’attirer près de 20 000 retraités dans les deux ans à venir.

Celle-ci prévoit que « tous les retraités européens du secteur privé qui s’installent pour la première fois au Portugal sont exonérés d’impôts sur les pensions perçues dans leur pays d’origine ». Une mesure plutôt alléchante !

Pour bénéficier de ce statut fiscal, ceux-ci doivent réunir tout de même quelques conditions à commencer par ne pas avoir résidé au Portugal depuis au moins 5 ans. Il leur est également demandé soit de résider au moins 183 jours sur place, soit de bénéficier d’un logement à l’année, à l’achat ou à la location. « La résidence devra être sincère et réelle », souligne un avocat.

Les formalités ne sont pas complexes puisqu’il suffit de remplir une demande auprès des services fiscaux locaux.

Après acceptation, le résident peut bénéficier des avantages sur une période de 10 ans, après quoi il redevient imposable comme tout un chacun.

A l'issue de la décennie, il ne pourra plus jouir de ces avantages, sous réserve d'avoir patienté 5 ans avant de pouvoir réitérer sa démarche.

Autre traitement de faveur, celui ayant pour cibles les professions libérales et autres chefs d'entreprise français désireux d'exercer au Portugal leur activité, au moins six mois par an, et ne souhaitant plus être résident fiscal français. Leurs revenus, perçus dans le pays, sont imposés au taux forfaitaire de 20 % tandis que ceux perçus en France sont totalement exonérés d'impôt.

Enfin, les citoyens non européens ne sont pas exclus de cette mesure puisque le Portugal leur propose un visa de résident temporaire, facilitant leurs déplacements, contre un investissement immobilier d’au moins 500 000 €.

Des propriétaires protégés, des investissements sécurisés

A cette fiscalité favorable s’ajoute le fait que le pays est aussi réputé pour sa législation très protectrice envers les propriétaires : cadastre encadré et ventes légalisées. Il est donc impossible d’acheter un bien qui n’existe pas. En termes de construction, les produits immobiliers proposés à la vente sont des produits sains et sans vices; il s’agit souvent de programmes immobiliers neufs.

Par ailleurs et contrairement à son voisin espagnol, il ne serait pas à craindre au Portugal de dévalorisation puisque pas de risque apparent de bulle spéculative. Les prix devraient au contraire remonter progressivement avec le retour à la normale de l’économie, et la rentabilité de l'investissement immobilier devrait logiquement encore augmenter pour ceux qui achètent actuellement.

Les prix au m² ont effectivement baissé de 5 à 20 % dans la capitale lisboète. Ils sont très accessibles voire très intéressants par rapport à d'autres capitales européennes notamment dans la périphérie qui regorge de produits. Quelques exemples : il faut compter pour les plus chers entre 3 500 et 5 500 €/m² à Lapa, Restelo, Chiado et Principe Real ainsi que la première barre du quartier de l'Expo, et entre 1 500 et 3 000 €/m² pour des quartiers avec un bon potentiel que sont Graça et Baixa.

Ainsi, malgré le contexte économique toujours morose, des signaux positifs s’inscrivent désormais au tableau. Bref, il est de bon ton d’y investir dans la pierre.

 
© 2014 acheter-louer.fr, Toute reproduction même partielle est strictement interdite

Expression #36

Version .pdfWebmagazine

Autres Numéros Expression

pub

Recevez la newsletter Expression

merci de remplir le formulaire d'abonnement :



*



Valider votre inscription
Conformément à la Loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de modification ou de suppression des données vous concernant. Pour l'exercer, merci de contacter par courrier la société Acheter-Louer.fr, enregistrée à la CNIL sous le N° 1328464 : Parc Technopolis - Zone d'activité Courtabœuf - Bâtiment Bêta 1 - 3 avenue du Canada - 91940 les Ulis
* champs obligatoires
pub