N°18
Janv./Févr. 2011

Les ecocités, les villes de demain

MOTS CLES : Harmonisation urbaine | Energie renouvelable

Energie renouvelable En 2009 à l'initiative de Jean-Louis Borloo, ancien ministre de l'écologie, de l'énergie et du développement durable et de Benoist Apparu, secrétaire d'état au logement, à l'occasion du Grenelle de l'environnement a été lancé le concept « de ville propre » sous le nom d'EcoCité. Un projet qui, mené depuis deux ans, va franchir une nouvelle étape en mars puisque les plans d'actions pour être les villes écologiques de demain seront officiellement mis en place par les 13 villes emblèmes du bien vivre.

Les villes regrouperont 80% de la population mondiale en 2050. Face à ce constat, comment faire en sorte que les villes de demain soient vivables, désirables et durables ? 19 dossiers d'EcoCités et 160 projets d'EcoQuartiers ont été déposés par des collectivités territoriales. La démarche Ecocité, lancée dans le cadre du Plan ville durable, a fait concourir les grandes agglomérations (plus de 100 000 habitants) proposant une démarche résolument novatrice en matière d'ambition de croissance (plus de 30 %) et avec un objectif d'accueil de 50 000 habitants supplémentaires en une génération.

13 villes sélectionnées

Au final ce sont 13 grands projets d'EcoCités qui ont été retenus. Chacune des villes ayant le label EcoCité devra s'engager sur un programme ambitieux de développement durable : « développement » car ces projets mettent l'accent sur le développement économique et prévoient l'accueil de plus de 50 000 nouveaux habitants sur une génération ; « durable » parce qu'ils doivent être exemplaires au regard des enjeux du Grenelle de l'environnement (transports collectifs, sobriété écologique, biodiversité...), comme sur les enjeux de cohésion et de mixité. Des projets de villes durables qui seront financés par les crédits des investissements d'avenir à hauteur de 750 millions d'€ pour les 13 projets Écocité. Aujourd'hui, « on passe à l'opérationnel », a déclaré Benoist Apparu lors de son discours d'ouverture de la Journée nationale Ecocité, le 19 octobre dernier. Le 15 mars 2011 sera la date butoir à laquelle les agglomérations choisies devront rendre leurs projets finalisés avant de le démarrer sous deux ans. « L'objectif est d'établir les contractualisations par Écocité, à compter du 2ème trimestre 2011 », a précisé Benoist Apparu.

Bordeaux une ville à vivre

Concrètement, la réalisation des projets permettra de « disposer de véritables laboratoires et de vitrines de la ville durable française » explique-t-on au ministère. Ces îlots urbains serviront de test à l'adaptation au changement climatique. Le communiqué du secrétaire d'Etat, chargé du logement et de l'urbanisme, précise : « Il s'agit de créer des quartiers "zéro énergie" en s'appuyant sur l'utilisation de sources d'énergie renouvelable comme les panneaux photovoltaïques par exemple, de miser sur le développement des transports collectifs; d'accompagner le développement de la voiture électrique ou encore de créer des dispositifs d'assainissement ou de dépollution innovants ». A Bordeaux, la ville a mis en place un vrai programme pour faire de l'agglomération une « ville à vivre ». Dans ce cadre, il a été envisagé par les différents partenaires 1participants au projet de faire de la ville, un lieu pour un développement urbain durable en recentrant la ville sur elle-même, en reconvertissant les friches industrielles et ferroviaires et en revalorisant les quartiers existants. Il a également été imaginé d'en faire un pôle d'innovation avec la création d'un pôle tertiaire international ambitieux au sein de quartiers mixtes, de conceptualiser une architecture bioclimatique intégrant les énergies renouvelables et la densité urbaine. La réduction des émissions de gaz à effet de serre, la préservation de la biodiversité, le développement des déplacements alternatifs et intermodaux, l'économie des ressources naturelles et de l'énergie, la prévention des nuisances et des risques constituent les points précis de la nouvelle approche du renouvellement urbain de la plaine Garonne. Un exemple qui sera suivi par les douze autres Ecocités (voir encadré), les modèles de « la ville future française propre »

1 Les partenaires concourant au développement du projet EcoCité de la ville de Bordeaux sont les communautés urbaines de Bordeaux, les villes de Floirac, Bègles, Cenon, Bordeaux et Euratlantique futur établissement public bordelais. Un comité d'experts rassemblant les universitaires, les chercheurs et les spécialistes a été mis en place pour toutes les démarches expérimentales et innovantes.

Qui sont les 13 écocités

Les 13 villes retenues pour le programme de la ville durable de demain sont : Bordeaux (plaine de Garonne), Rennes (quadrant Nord-Est), Strasbourg/Kehl (métropole des Deux-Rives), Plaine Commune (Seine-Saint-Denis/Terre de partage et d'innovation urbaine), Montpellier (de Montpellier à la mer), Nantes/Saint-Nazaire (Construire la ville autour du fleuve), Metz Métropole, Clermont-Ferrand, Grenoble, Marseille (Marseille Euroméditerranée), Nice, La Réunion (Ecocité insulaire et tropicale), Pays Haut Val d'Alzette (Moselle).

Gabrielle Mansier

© 20ll acheter-louer.fr, Toute reproduction même partielle est strictement interdite

Expression #18

Version .pdfWebmagazine

Autres Numéros Expression

pub

Recevez la newsletter Expression

merci de remplir le formulaire d'abonnement :



*



Valider votre inscription
Conformément à la Loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de modification ou de suppression des données vous concernant. Pour l'exercer, merci de contacter par courrier la société Acheter-Louer.fr, enregistrée à la CNIL sous le N° 1328464 : Parc Technopolis - Zone d'activité Courtabœuf - Bâtiment Bêta 1 - 3 avenue du Canada - 91940 les Ulis
* champs obligatoires
pub